(+226) 25 30 82 57 / (+226) 61 66 46 31

Notre projet

Notre projet est inspiré par une vision, celle de :

Créer une école de santé publique de dimension régionale travaillant en étroite collaboration avec tous les partenaires de l’enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de la santé de la population pour relever ensemble les défis sanitaires actuels et à venir

Notre projet s’est fixé une mission

Préparer la nouvelle génération des professionnels de la santé publique formatés pour installer en Afrique l’excellence dans l’action publique en faveur de l’amélioration continue de la santé de la population.

Notre projet a un but

Offrir à des professionnels de la santé une formation diplômante en santé publique dans un contexte de nouvelle santé publique dans laquelle le corps médical n’est plus la seule entité composante des praticiens de la santé publique

Pourquoi cette ambition académique autour de la santé publique ?

La santé, connue pour être une condition et une conséquence du développement, est aujourd’hui au cœur de l’agenda mondial du millénaire et du développement durable. Chaque année plus de 30 milliards $US sont consacrés à la santé au titre de l’aide au développement. Les pays en développement en général, l’Afrique en particulier, représentent le champ principal de préoccupation en matière de santé. En effet, malgré les solutions disponibles et les efforts consentis par les pays, les maladies infectieuses y expliquent toujours près de 70% de la morbidité et de la mortalité. Avec l’urbanisation galopante et l’installation de styles de vie particuliers (sédentarité, alimentation déséquilibrée, addictions), la montée en puissance des accidents et des maladies chroniques vient aggraver une situation sanitaire déjà précaire. Une politique de population mal maîtrisée, le faible accès à l’eau potable et l’insécurité alimentaire rajoutent à ce fardeau déjà lourd des problèmes aigus de santé de la reproduction et de nutrition.

Face à ces préoccupations, plusieurs critiques pointent l’inefficacité des politiques, stratégies et systèmes actuels de santé. Notre hypothèse est, qu’en partie, les capacités pour mieux diagnostiquer la situation, organiser et s’assurer de la qualité de la riposte publique aux problèmes de santé auxquels la population fait face s’avèrent désespérément limitées. Ces capacités représentent, en réalité, les tâches essentielles des praticiens de santé publique.

Pour cela, former un véritable capital humain de développement qui répondrait parfaitement aux préoccupations de santé de la population doit être un engagement académique prioritaire en partenariat avec les systèmes nationaux de santé. La place du système national de santé est centrale dans cette démarche de formation car le développement des ressources humaines de la santé est un pilier essentiel d’un système national de santé performant.

L’objet fondamental voire la mission première de la santé publique peut se résumer en une seule question. Comment, en tant que société organisée, dans un pays ou à l’échelle internationale, agir ensemble pour assurer les conditions dans lesquelles une population peut vivre en bonne santé ? La réponse à cette question se trouve dans le vaste champ de la pratique de la santé publique. Un des mécanismes essentiels de cette pratique de la santé publique est l’organisation d’un système performant de santé. Mais aux yeux du grand public, seul le sous-système des soins de santé dominé par les spécialités cliniques, biologiques et médico-techniques, exerçant dans les hôpitaux et les centres de santé, semble représenter ce qu’est le système de santé. Cette compréhension du grand public doit être acceptée car ce sous-système de soins est, au quotidien, celui qui est aux prises avec les maladies pour lesquelles les populations demandent des soins. C’est donc aux praticiens de santé publique de montrer davantage leur place essentielle dans la définition, l’organisation, la régulation et l’assurance qualité de l’ensemble des sous-systèmes en charge de la santé de la population.

Apprendre comment pratiquer la santé publique dans toutes ses dimensions et faire reconnaître la place centrale de cette spécialité dans le système de santé d’une nation, c’est le sens de ce programme de formation que propose le Département de Santé Publique de l’Unité de Formation et de Recherche en Sciences de la Santé de l’Université de Ouagadougou en partenariat avec l’Institut Supérieur des Sciences de la Santé (INSSA) de l’Université Polytechnique de Bobo-Dioulasso. Mieux, ce programme de formation répond à un besoin. Celui qu’expriment au quotidien tous les responsables du développement sanitaire en Afrique et plus largement des pays en développement. Ce besoin, c’est celui de disposer de spécialistes de la santé publique formés au meilleur niveau international mais dotés de compétences conceptuelles, techniques et humaines adaptées au contexte de l’Afrique.

En cela, ce programme de formation spécialisante en santé publique se veut pragmatique. L’ambition est d’allier la théorie et l’action afin de fournir au terme de la formation des cadres directement autonomes sur le terrain pour différentes fonctions de la santé publique dont les principales sont déclinées ci-après :

bullet

être des décideurs et des stratèges d’un système de santé performant

bullet

être des acteurs clés de la promotion et de la protection de la santé ainsi que du contrôle des maladies ;

bullet

être surtout des innovateurs, usant de la recherche clinique et de la recherche en santé publique pour élever de manière continue le niveau de qualité des soins et des services de santé fournis à la population intégrant toutes les dimensions de l’équité en matière de santé.